Auberge Napoléon

Restaurant gastronomique à Grenoble

Le Chef, Agnès Chotin, & Frédéric Caby - Premier Maitre restaurateur de l'Isère vous accueillent, pour dîner du lundi au samedi.

+33 (0)4 76 87 53 64

le lieu.

un accueil convivial

Auberge Napoléon

de Route Napoleon - www.napoleon1er.com

AOUT 1791, un Lieutenant de 22 ans descend pour la première fois à l'annexe de l' auberge des Trois Dauphins, rue Montorge à Grenoble...
Le lieutenant Buonaparte n'ose imaginer le destin qui l'attend.
Il y reviendra, " aventurier à Corps Prince à Grenoble ", le 7 mars 1815 pour terminer sa carrière en Cent-Jours, épilogue de ce demi-siècle tourmenté.

AOUT 1791, la guerre des auberges venait de se terminer entre Sieur Rivière, père des 4 plus belles filles de Grenoble et ami du beau capitaine Choderlos de Laclos et Jérôme Labarre le nouveau propriétaire de l'hôtel des Trois Dauphins qui se trouvait alors à l'autre angle de la rue Bressieux.

Quatre ans plus tard, ayant fait de bonnes affaires, Jérôme Labarre transfère son établissement dans l'annexe, un bel immeuble de trois étages avec combles, tel que l'on peut le voir de nos jours.

Jérôme Labarre est Normand, excellent cuisinier, révolutionnaire modéré en 91...Il a bien assis la réputation de son auberge quand il la cède à son fils Tousaint, ancien artilleur de la campagne d'Egypte et d'Italie...
Digne émule de son père Toussaint est célébré en 1808 comme le meilleur hôtelier de Grenoble, " qui fait le bonheur des chanoines ventrus..."
En mars 1814, il reçoit la Duchesse de Lucques et Piombino, Elisa Bonaparte, chassée de ses états et un an plus tard l' Empereur lui-même, débarqué dans le Golfe-Juan.
Napoloéon y passera deux jours et trois nuits avant de monter sur Lyon par Moirans, Bourgoin-Jallieu et Rives, pour enfin atteindre Waterloo...

Toussaint Labarre quitte lui aussi le Dauphiné après avoir vendu l'auberge à un autre cuisinier talentueux Charreard qui laissera sous la Monarchie de Juillet les fourneaux à André Blanc qui lui va s' adapter aux cures et ouvrir, pour les Thermes d'Uriage, un bureau de diligence.
Pour le Retour des Cendres en Décembre 1840, André Blanc rend hommage en apposant sur la façade un plaque commémorative de marbre signalant le séjour de Napoléon en ces lieux...

La chambre de l' Empereur verra défiler Stendhal, Franz Lizt, Marie Dorval, et à plusieurs reprises, la fine fourchette Gambetta...
Après le percement des avenues et la création de la Gare, l'auberge prendra le nom d' Hôtel Moderne et des Trois Dauphins, puis Hôtel Central, Central Hôtel Napoléon et enfin Auberge Napoléon, vénérable institution Grenobloise !
© 2001 AUBERGE NAPOLEON - Tous droits réservés - logo par Graphster® - www.graphster.com